Reiki : Ryoho. Usui-Do ou Usui Té Até

Le terme « Reiki » existe dans le shingon où on évoque lors des méditations le fait d’absorber le Reiki de l’univers ainsi que dans le shinto où le terme désigne les initiations.

La première publication sur le sujet date de 1919 au Japon, sous la plume d’un naturopathe nommé Mataji Kawakami, dans son ouvrage « Reiki Ryoho to sono Koka » (« Reiki Ryoho et ses effets »). Le terme ne sera utilisé par Mikao Usui qu’à partir de 1924.

Selon Chrish Marsh et Dave King, préalablement, la méthode de soin porte les noms d’Usui-Do (voie de M. Usui) ou Usui Té-Até (guérison par le toucher de M. Usui).

Selon Hiroshi Doï et la Usui Reiki Ryoho Gakkai de Kyoto (Fondation originelle de Reiki), c’est inexact. Sur la tombe de Mikao Usui, ce sont les termes “Reiki” et “Reihô” (voie spirituelle) qui apparaissent exclusivement.

La syllabe « rei » désigne l’esprit. La syllabe « ki » est issue du chinois « qi » (prononcer « tchi »), qui désigne une des trois forces au sein de l’être humain.

Le Reiki est donc étymologiquement dans son sens doctrinal : l’esprit universel et l’énergie personnelle.

Reiki – Ayurvéda – Bouddhisme

Le REIKI, n’en déplaise à certains, puise ses racines dans l’Ayurvéda ; le Bouddhisme a été son principal vecteur.

Le concept même des chakras, qui est l’une des bases du Reiki, se retrouve également dans le Yoga.

Le REIKI fait partie de ce que l’on pourrait appeler « La Médecine de Nomade » car il n’est nul besoin de matériel de laboratoire, ni de microscope. Il suffit d’être initié par un Maître Enseignant et d’utiliser ses mains.